Les preuves scientifiques sur le compromis quantité-qualité sont mitigées en partie en raison du défi d’identification dû à la taille endogène de la famille. Cet article fournit de nouvelles preuves de l’effet causal de la quantité d’enfants sur la qualité des enfants en exploitant les différences régionales dans l’intensité d’application de la politique chinoise de l’enfant unique (OCP) comme source exogène de variation de la taille de la famille. En utilisant le pourcentage de mères actuelles en âge de procréer primaire qui ont accouché d’un ordre supérieur en 1981, nous construisons un indicateur quantitatif de l’étendue de la violation locale de l’OCP, appelé taux de fécondité excédentaire (EFR). Nous utilisons ensuite les différences régionales dans les EFR, les différences nettes dans les préférences de fertilité préexistantes et les caractéristiques socio-économiques, pour calculer les différences régionales dans l’intensité de l’application de la PCO. En utilisant les micro-données des recensements de la population chinoise, nous constatons que les préfectures appliquant plus strictement l’OCP ont connu une baisse plus importante de la taille des familles et également une amélioration plus importante de l’éducation des enfants. Malgré le compromis évident entre la taille de la famille et la qualité de l’enfant en Chine, nos estimations quantitatives suggèrent que l’OCP chinoise n’apporte qu’une contribution modeste au développement de son capital humain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.