L’importance de l’Égypte pour la Grande-Bretagne a considérablement augmenté après l’ouverture du canal de Suez en 1869. D’un coup, il y avait une nouvelle route de l’Europe à l’Extrême-Orient qui réduisait de moitié le temps de trajet entre la Grande-Bretagne et l’Inde. À ce stade, l’Égypte se développait rapidement le long des lignes occidentales, mais la décennie suivante vit une tension croissante entre la Grande-Bretagne et l’Égypte, entraînant l’attaque britannique sur l’Égypte en 1882. Cette galerie se penche en détail sur la guerre de 1882 et son engagement concluant, la bataille de Tel-el-Kebir.

Les causes de la guerre

Lien miniature vers une fenêtre contextuelle

À partir de 1805, l’Égypte faisait nominalement partie de l’empire ottoman (turc), mais elle était effectivement gouvernée par une dynastie établie par le souverain fort et modernisateur Muhammad Ali. En 1869, elle avait bénéficié d’années d’investissements (en grande partie britanniques et français) dans l’irrigation, les chemins de fer, les plantations de coton et les écoles. En 1876, cependant, son dirigeant le Khédive Ismaïl Pacha avait des dettes de près de 100 millions de livres sterling. Malgré la vente par le Khédive de sa participation de 45% dans le canal de Suez à la Grande-Bretagne pour 4 millions de livres sterling en 1875, l’Égypte se dirigeait vers la ruine financière.

‘La montée en puissance d’Urabi Pacha’

Lien miniature vers une fenêtre contextuelle

La crise a conduit à une intervention française et britannique accrue en Égypte: le Khédive a été contraint d’accepter le contrôle anglo-français de sa trésorerie, de ses douanes, de ses chemins de fer, de ses bureaux de poste et de ses ports. Cela s’est traduit par une érosion de la souveraineté égyptienne, qui a provoqué une mobilisation nationaliste sous la forme d’une manifestation d’officiers de l’armée non rémunérés sous la direction d’Ahmad Urabi Pacha Al-misri (également connu sous le nom d’Arabi). En septembre 1881, Urabi et ses partisans étaient suffisamment puissants pour forcer le nouveau Khédive, Tawfiq, à remplacer son gouvernement par un autre plus favorable au mouvement nationaliste. En janvier 1882, Urabi lui-même, qui avait une énorme popularité personnelle, devint ministre de la Guerre.

‘Diplomatie de la canonnière’

Lien miniature vers une fenêtre contextuelle

L’apparition d’un mouvement nationaliste populaire en Égypte et d’un gouvernement indépendant et provocateur a alarmé la Grande-Bretagne et la France qui s’inquiétaient de l’accès au canal de Suez et de leurs investissements financiers en Égypte. Dans l’espoir qu’une démonstration de force aiderait à saper les nationalistes, ils ont envoyé une petite flotte conjointe sous le commandement de l’amiral Sir F. Beauchamp Seymour (Commandant en chef de la flotte méditerranéenne britannique) à Alexandrie, sur la côte méditerranéenne égyptienne. La flotte est arrivée les 19 et 20 mai. Pendant ce temps, les forces égyptiennes étaient occupées à étayer les défenses d’Alexandrie en prévision d’une attaque.

Le bombardement d’Alexandrie Aller à la rubrique suivante

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.